Quand le covid s'invite à la maison

Je le sais pourtant que personne n’est à l'abri de ce satané virus.

Mais quand ça nous tombe dessus, cela reste un chamboulement.

 

L’occasion de me rappeler que s’organiser avec un emploi du temps prédéfini reste un outil souple dont je garde la maîtrise en toutes circonstances. 

Samedi 11 décembre.

 

Je me fais une joie à l’idée de ce week-end. Au programme de mon samedi, fête de Saint Nicolas avec ma maman et la famille de ma soeur. Des semaines que l’on ne s’est plus vues et que j’ai loupé tous les derniers exploits de mon neveu et ma filleule.

 

Et le dimanche, retrouvailles avec la famille de mon seconde filleule pour un goûter de Saint Nicolas à la maison.

 

Par mesure de précaution, plus particulièrement avec ma maman qui est personne à risque, et les garçons mis en quarantaine suite à des cas positifs dans leur classe, nous avons tous fait un autotest samedi matin.

 

Et là, c’est la douche froide ! Je suis positive ! Une surprise…. une bien mauvaise surprise. J’avais bien eu une semaine où j’étais fatiguée avec quelques symptômes de sinusite. Mais rien ne me laissait présager que je pouvais être positive.

J'encaisse

Toutes les émotions se mélangent en moi… de la tristesse, de la déception, de la colère…. à 

l’idée de devoir modifier ce we de fête et de retrouvailles. Evidemment, dur dur aussi pour les enfants qui doivent se faire à l’idée que ce we ne sera pas ce qu’ils avaient imaginé.

 

Il me faut un peu de temps pour réaliser que c’est bien vrai et prévenir ma famille et mes amis de la situation.

 

Me voilà alors qui me plonge dans le labyrinthe des applications, des règlements, des appels téléphoniques avec petite musique d’attente interminable pour faire ce qu’il y à faire.

 

Le reste de la journée, nous l'avons passé à regarder des films de Noël (Oui, j’adore ça les films de Noël et plus c’est romantico - nunuche, plus j’aime ça !) et séries Marvel pour maigrement nous consoler….

J'accueille

Le dimanche festif s’est transformé en dimanche “on prend soin de nous”

 

Bien sûr, j’aurais voulu qu’il en soit autrement. Mais inutile de lutter contre ce que je ne peux maîtriser. Alors faisons de ce dimanche un moment positif (puisque je suis positive ;o))

 

Je m’inscris le matin même à une séance de restorative Yoga en ligne. Si tu n’as jamais entendu parler de cette pratique, je t’invite à la découvrir au travers de la vidéo interview que j’ai réalisée cette année avec Catherine Dardenne, ma prof de Yoga.

Moi je l’appelle le yoga couvertures : deux heures où l’on s’installe dans des postures extrêmement confortable entourées de couvertures pour offrir au corps le signal qu’il peut se détendre. 

C’était exactement ce dont j’avais besoin. Et je peux te dire qu’encore une fois, cette séance m’a fait fou.

Je m'adapte

Parmi les Marvel regardés en famille ce week-end, nous avons débuté une nouvelle série : Hawkeye, l'oeil du faucon.

 

Ces films-feuilleonts, c’est divertissant ( et on en avait vraiment besoin ce we) mais ça peut se révéler aussi inspirant !

 

Dans le tout premier épisode, l’un des personnages dit cette phrase : 

“Tu ne peux pas maîtriser la tempête, mais tu restes maîtres des décisions que tu prends pendant celle-ci”

 

Et bien sûr, ça a fait énormément échos à ce que je traversais.

 

Ma tempête à moi, c’est ce foutu isolement et quarantaine et ce niveau d’énergie physique plutôt bas.

 

Pour m’aider à m’organiser, à atteindre les objectifs qui me tiennent à coeur sans m’éparpiller, je me suis défini selon ma propre méthode mon emploi du temps idéal.

 

Le voilà bien mis à mal avec cette tempête.

 

Mais je reste maître de celui-ci. Je n’en suis pas l’esclave à essayer à tout prix de m’y conformer. Ce serait bien là une énorme erreur.  

 

J’ai tout le pouvoir de l’adapter aux situations que je vis.

 

Je décide de prendre mon agenda et de revoir mes objectifs de la semaine : 

  • j’annule ou je reporte tout ce que je peux et je préviens immédiatement les personnes concernées (scolaire / extra-scolaire / pro)
  • je diminue de moitié mes périodes “pro” sans pour autant tout supprimer. Ayant une vue claire des fonctions vitales de mon entreprise, grâce à ma vision organique de celle-ci, je dispose d’un outil qui m’aide à prendre les bonnes décisions sans mettre tout en péril.

 

Pour mes périodes pro que je choisis de conserver, nous discutons en famille lors de notre moment autour du Carnet Ohana du dimanche soir comment nous allons nous organiser chacun puisse vaquer sereinement à ses occupations professionnelles dans les moments choisis.

J’arrive au bout de cette semaine de chamboulements émotionnels et organisationnels.

 

Je prends conscience à quel point mon emploi du temps de référence préalablement défini et ma vision organique de mon entreprise ont été des outils qui m’ont énormément aidé pour rester maître de mes décisions tout en me permettant d’accueillir et d’accepter ce qui est en-dehors de ma zone de contrôle.

 

En décembre, je teste cette méthode et ces outils avec 11 entrepreneures. J’ai déjà reçu les premiers retours qui me font dire que cette approche peut fonctionner pour d’autres.

 

Reviens par ici les prochaines semaines ou abonne-toi à ma newsletter “Les confidences de Madame Efficience” pour ne pas manquer leur retour d’expérience.